CONNAISSANCE, curiosité — 27 avril 2019 at 15 h 41 min

#3. DUBAÏ: un voyage, une réflexion sur mon pays

by

Qui voyage profite et s’instruit.

Proverbe indien

Voyage, instruction

Un proverbe indien dit : “ Qui voyage profite et s’instruit.” J’en ai fait l’expérience il y a de cela quelques mois en me rendant à Dubaï, une belle ville des Émirats Arabes Unis. J’en garde pleins de bons souvenirs. Déjà quelques minutes avant l’atterrissage, je regardais par le hublot et je voyais toutes ces lumières qui éclairaient la ville et les bâtiments qui se dessinaient peu à peu. Après l’atterrissage, nous sommes arrivés dans leur vaste aéroport. Il est tellement vaste qu’il faut se déplacer en métro.

Nous avons pris le métro sans trop savoir vers où il se dirigeait… heureusement qu’on était en groupe. Il y avait presqu’à tous les endroits des personnes avec les mots « puis-je vous aider ? » inscrits sur leurs tee-shirts, en anglais et en arabe. L’une de ces personnes nous a indiqué où retrouver nos bagages. Après cela, nous avons rejoint le chauffeur qui nous attendait pour nous conduire à notre hôtel. Je me rappellerai toujours la chaleur qui m’a frappé au visage lorsque j’ai mis les pieds hors de l’aéroport.

La chaleur était insupportable! 47 degrés en moyenne, ce n’est pas rien. Marcher sous cette chaleur écrasante ne serait-ce qu’une centaine de mètres relève de l’exploit. Je me rappelle ce jour où, en revenant des courses, nous avons décidé de regagner notre hôtel à pied… Certes, ce n’était pas si loin, mais nous nous sommes perdus. Pendant plus de trois quart d’heure, nous avons tourné en rond sans nous retrouver.

Dubaï, avant-après

Un bout de paradis en plein désert

Il faut dire qu’à nos yeux toutes les rues se ressemblaient. Quand nous avons enfin reconnu notre hôtel ; nous nous sommes précipités à l’intérieur pour sentir l’air climatisé rafraîchir nos corps ; comme c’était bon ! Impossible d’y vivre sans climatisation. Les jours qui ont suivi, nous nous sommes consacrés au tourisme. A voir ce que ce pays a réussi à bâtir en plein désert, croyez-moi, ça force le respect.

Un bout de paradis en plein désert, vraiment. La ville entière est une autoroute d’excellente qualité, sans trou ni défaut. L’architecture ultramoderne fait la réputation de cette magnifique ville. Le paysage urbain parsemé de gratte-ciels est dominé par la plus haute tour du monde, la Burj Khalifa qui se dresse fièrement sur ses 830 mètres. C’est vraiment impressionnant. A son pied la fontaine de Dubaï offre chaque soir un spectacle de jets d’eau illuminés au son d’une mélodie bien synchronisée. Plusieurs centaines de touristes s’y bousculent, tellement le spectacle en vaut la peine.

Mon pays, avec toutes ses richesses et potentialités, peut faire dix fois mieux.

Imaginer etCréer des atouts

Nous avons visité leur marché de poissons, une très grande surface où les pêcheurs viennent vendre le fruit de leur pêche. Il y en a pour tous les goûts : crustacés, capitaines, dorades, cabillauds, carpes, espadons, maquereaux et j’en passe, tous vendus au kilo. Pour environ deux dollars de plus, vos poissons sont écaillés, vidés et nettoyés, prêts pour la cuisson.

Même le vaste désert est un atout pour eux.  Deux fois par semaine, des safaris sont organisés dans le désert où vous pourrez profiter d’une excursion spectaculaire dans les dunes en 4X4 avec arrêt pour photo souvenir, et à la tombée de la nuit, vous pourrez profiter d’un repas en regardant des spectacles de danse traditionnelle.

Le climat n’étant pas idéal pour l’agriculture, ils sont obligés d’importer presque tout de l’Europe, surtout les fruits. Et pourtant, les prix des denrées alimentaires sont dérisoires… Par exemple, le kilo de pommes de terre revient à moins d’un dollar.

Quelles leçons pour nous?

Tout ceci me fait réfléchir sur l’Afrique en général, et sur mon pays en particulier. La République Démocratique du Congo, dite scandale géologique, avec toutes les richesses que nous possédons, comment expliquer la misère dans laquelle la population vit ? Un pays qui ne produit rien et importe tout vit mieux et à moindre coût par rapport à celui où la terre est très fertile… A voir tout ce que les Émirats Arabes Unis ont fait de leur pays, je dirai que mon pays, avec toutes ses richesses et potentialités, peut faire dix fois mieux.

Mais comment y parvenir ?

Je suis arrivée à la conclusion que tout doit d’abord partir du MENTAL.
Pourquoi? Simplement parce que tout ce que l’Imagination produit est concevable c’est-à-dire si tu peux l’imaginer alors tu peux le faire. Je pense que l’être humain est plus qu’une machine, capable de repousser sans cesse les limites de son imagination et de donner le meilleur de lui pour y parvenir. Un changement de mentalité s’impose dans nos pays. Je le dis parce que l’Africain en général a besoin de renouveler son intelligence et de mettre la main à la pâte pour le développement du pays. Je suis persuadée que chacun à son niveau peut y parvenir.

ECF Kinshasa, Jessica Mwil, quelque part à Kinshasa
ECF Kinshasa: Jessica Mwil, quelque part à Kinshasa.

A Dubaï, j’ai acheté une paire de baskets avec laquelle j’ai marché presque tous les jours. Les semelles ne sont presque pas salies. Il m’a suffi de les mettre un seul jour à Kinshasa pour ne plus les reconnaître. Aussi, je n’ai pas vu où les gens jetaient leurs déchets par terre dans la rue, chose qui est normal dans mon pays.

Le Diable se cache dans le moindre détail. Renouvellement de l’intelligence, éducation et instruction, voilà les choses qui transformeront nos pays. #succès

L’ENFANT CONGOLAIS DU FUTUR, … éduquons-le ensemble !

Par Jessica Mwil, ECF Kinshasa

#ecf2037