apprendre à, curiosité, TRANSMISSION — 27 mai 2019 at 12 h 02 min

#12. Pourquoi l’éducation de la petite Enfance est-elle un bon début?

by

Le pauvre croit que l’union fait la force; le riche sait que c’est plutôt la FORCE DE CHACUN qui fait la force de l’union…

Ludovic Hermann Wanda (écrivain)

Cet article est une traduction et légère adaptation (de notre part) de l’article de Michele Petochi publié par World Economic Forum. Michele Petochi est (toujours?) directrice des réseaux académiques au World Economic Forum ( Forum économique mondial). Elle nous explique comment l’éducation peut aider à améliorer la position d’un pays. La version originale de cet article est disponible via ce lien; c’est issu des travaux de Michele Petochi et de Nathanial Lurie (Brandeis University) intitulés “Resilient Dynamism”.

Les titres et citations repris dans cet article ci-dessous sont librement ajoutés par nos soins pour une meilleure compréhension en rapport avec la vision de L’Enfant Congolais du Futur.

L'éducation depuis l'Enfance
photo©pixabay

Investir dans la petite Enfance

Les conditions économiques et sociales pour un dynamisme résilient peuvent être créées très tôt. S’appuyant sur l’intuition de pionniers tels que John Dewey et Maria Montessori, il existe désormais des preuves scientifiques frappantes des avantages sociaux et économiques résultant de l’éducation de la petite enfance. L’éducation précoce permet de former les Enfants à devenir des citoyens plus susceptibles de réussir à l’école et aptes à contribuer d’une manière positive et efficace à la société, dans la vie future en augmentant la productivité économique, et les impôts.

Cependant, garantir l’accès et la qualité à l’éducation de la petite enfance est extrêmement difficile. Cela a une incidence globale: de l’Allemagne à la Chine et au Nigéria. À quelques exceptions près, comme en Scandinavie, l’accès à l’éducation de la petite enfance reste limité et les objectifs fixés au niveau national ou régional ne sont généralement pas atteints. La qualité est tout aussi difficile. Les services se résument souvent à des centres d’accueil informels non réglementés ou à des solutions de garderie hybrides offrant aux parents qui travaillent une place de stationnement pour les Enfants, utile mais non comparable à une expérience éducative.

La culture de l’ignorance

Si les dividendes sociaux et économiques de l’éducation des plus jeunes Enfants sont trop importants pour être ignorés, pourquoi alors la politique et l’investissement final dans l’éducation de la petite enfance sont-ils si loin derrière la science? Une des raisons est simplement la culture et l’information. Un mélange de mentalité et d’ignorance à tous les niveaux ne permet toujours pas de faire de l’éducation de la petite Enfance une occasion d’investir à long terme dans le capital humain pour un individu, une famille et la société en général.

Au contraire, l’éducation de la petite Enfance est toujours considérée comme optionnelle ou simplement comme un coût optionnel. La culture a également un impact sur la qualité des enseignants. Un manque général de reconnaissance et de respect professionnels, reléguant le travail à une garderie de base, sous-payée et insuffisamment entraînée, n’aide pas à faire de ce qui devrait être une belle et essentielle profession attrayante pour suffisamment de candidats forts. C’est un cercle vicieux.

Habitude et culture du long terme

Il est trop facile de rester emmêlé dans les problèmes d’aujourd’hui.

W. Edwards Deming (statisticien)

Le coût est également un problème énorme: une bonne éducation de la petite Enfance, qu’elle soit publique ou privée, ou les deux, et quelle que soit la méthodologie employée, coûte très cher à tout le monde (familles, villes, pays, entreprises). En outre, c’est quelque chose que les décideurs politiques peuvent difficilement justifier, car ses effets positifs sont à long terme par rapport à un horizon politique standard.

De plus, les politiques d’éducation de la petite enfance peuvent entrer en conflit avec d’autres politiques. Par exemple, l’Allemagne tente, d’une part, de promouvoir et de subventionner l’éducation de la petite enfance afin de compléter la croissance de la main-d’œuvre en permettant aux femmes de travailler plus longtemps. D’autre part, le fait de s’attaquer au faible taux de natalité par le biais de politiques qui prolongent le congé de maternité risque en fin de compte de détourner le soutien et les fonds de l’éducation de la petite enfance car, au bout du compte, les mères resteraient davantage à la maison.

Éducation pré-scolaire

En outre, une gouvernance faible et une organisation inefficace peuvent empêcher les pays d’améliorer l’offre d’éducation préscolaire. Par exemple, l’éducation préscolaire est souvent traitée non pas comme une question d’éducation, mais comme une question de famille et de garde d’Enfants en raison de la nécessité urgente de s’assurer des garderies, et le ministère responsable est généralement chargé des affaires sociales et non de l’éducation. Une mauvaise allocation des fonds, une décentralisation inefficace et d’autres problèmes ont également une incidence sur l’offre d’éducation de la petite Enfance.


Ces défis, parmi d’autres, détournent l’attention de la notion de développement de l’Enfant par l’éducation et la possibilité d’y investir.

Concernant le dynamisme résilient

Être résilient, c’est pouvoir s’adapter, résister aux chocs et s’en remettre.
La croissance future dans ce nouveau contexte exige du dynamisme – une vision audacieuse et une action encore plus audacieuse.

___

L’ENFANT CONGOLAIS DU FUTUR,
… éduquons-le ensemble!

#ecf2037